LA VIE DE CHATEAU: La taille de la vigne

La taille de la vigne, c’est la communion du vigneron (ou vigneronne) avec la nature mais c’est aussi et surtout l’opération la plus importante de l’année car c’est elle qui va déterminer l’évolution du cep au cours de sa croissance. On peut carrément considérer cette pratique viticole comme un art car le tailleur doit couper harmonieusement et avec discernement pour définir la forme du pied et la quantité de grappes qu’il va produire.

Car la vigne est une liane qui a tendance à s’allonger chaque année, et il faut donc la stresser pour qu’elle donne le meilleur d’elle-même. Il faut donc maîtriser sa production de rameaux pour avoir des fruits, sinon autant faire pousser une vigne vierge sur la façade de sa maison, le résultat sera quasi-identique !

En taillant, on supprime totalement certains rameaux et partiellement d’autres afin de ne conserver que le nombre de bourgeons voulus. Seuls les bois de l’année précédente sont théoriquement aptes à fructifier. Ainsi, on régule la production, le développement végétatif et la vigueur. Cela va permettre une bonne maturation des baies et un bon aoûtement des rameaux (durcissement des bois de la vigne) assurant aussi la pérennité des pieds.

L’objectif étant avant tout dans les appellations Montagne Saint-Emilion et Saint-Georges Saint-Emilion de produire des vins de qualité, tous les vignerons accordent une attention toute particulière à cette opération. Sachant que la taille s’effectue pendant toute la durée de repos végétatif, c’est-à-dire en hiver, c’est un travail manuel long, pénible et fastidieux qui se fait dans le froid ou sous la pluie et courbé en deux à cause de la hauteur des ceps dans notre région. Alors, chers lecteurs, ayons une petite pensée pour ces viticulteurs de l’extrême quand retentit le « Plop » caractéristique de l’ouverture d’une bonne bouteille de vin !